Comment éviter les erreurs d’impression sur votre document ?

Que vous soyez graphiste ou amateur, ne vous est-il jamais arrivé de travailler sur un document, comme un rapport ou une thèse, d’y avoir mis tout votre talent dans le fond comme sur la mise en page et, au moment de l’impression, vous vous apercevez qu’il y a des erreurs partout, que ce soit sur la police, les images ou la dimension ? Quoi de plus frustrant que d’avoir passé des heures sur son mémoire ou son compte-rendu, d'en sortir un grand nombre de tirages, pour avoir un résultat final médiocre à cause de problèmes qui peuvent être simplement éviter ou réparable… Rassurez-vous, ce n’est pas une fatalité. Faisons ensemble le point sur les différentes erreurs que l’on retrouve souvent sur les maquettes d'impressions et comment éviter les mauvaises surprises !

 

Les erreurs de façonnage

L’absence de fonds perdus

Quand vous construisez votre document, notamment sur sa forme, il n’est pas rare de vouloir exploiter l’intégralité de l'espace de travail pour y appliquer sa charte graphique. Cependant, quand votre document passe chez votre imprimeur, ce dernier découpe le papier, via un massicot, et il n’est pas impossible qu’il y ait un léger écart de façonnage. Certes, c’est souvent un mince trait blanc de moins d’un millimètre d’épaisseur mais il est souvent disgracieux. C'est une erreur qu'on retrouve aussi bien en impression numérique qu'en impression offset. Pour l'éviter, pensez aux fonds perdus !

 

Le fond perdu est une zone d’environ cinq millimètres d’épaisseur qui entoure votre document et où l’on prolonge l’image ou le design de celui-ci. Le massicot supprimera cette zone dite « morte » et votre document n’aura pas de risque d’avoir ce contour désagréable pour l’œil.

 

Le manque de marges de sécurité

Aussi appelées « marges de tranquillités » ou « zone de sûreté » selon les imprimeurs, c’est une marge de cinq millimètres partant du bord de votre document dans laquelle il n’y a aucun texte ni illustration importante. En effet, comme avec les fonds perdus, il n’est pas exclu que le massicot découpe à l’intérieur de votre produit. La solution est donc de ne pas mettre de textes ou d’images (en dehors du fond éventuel étiré au-delà de la zone des fonds perdus) dans ces cinq premiers millimètres.

 

Au sujet des marges et fonds perdus, vous pouvez consulter cet autre article de notre blog pour avoir plus de détails sur ces notions vitales de PAO pour la bonne réalisation de votre document.

 

Les erreurs de visuels

La trop faible résolution d’une image

Ce n’est un secret pour personne mais un rapport de stage ou un mémoire sans illustrations est peu attrayant. Que ce soit des photos, des graphiques ou des schémas, vous serez certainement amené à en manipuler un certain nombre. Il serait alors dommage qu’une partie de vos visuels soient flous ou pixelisés une fois imprimés !

La solution pour éviter ces effets granuleux reste d’avoir des images couleurs qui soient systématique à une valeur supérieure ou égale à 300 DPI. Le DPI (pour Dots Per Inch [« Points par pouce » en français]) est une valeur informatique mesurant la résolution d’une image. Plus cette valeur est élevée, plus votre image sera finement découpée en pixels par l’ordinateur, bien qu’il soit rarement utile d’aller au-delà des 300 DPI. Pour se faire, vous pouvez utiliser des logiciels de retouche photos comme Adobe Photoshop pour modifier la résolution de votre image et, ainsi, être certain que celle ci soit correctement imprimée.

 

L’impression en RVB

N’avez-vous jamais eu le cas d’avoir un graphisme aux couleurs parfaites mais, une fois imprimées, ces dernières soient différentes de ce que vous voyez à l’écran ? C’est sûrement parce que votre colorimétrie est configurée en couleurs RVB ! A vrai dire, il existe deux formats de couleurs pour la conception graphique :

Le RVB (pour Rouge, Vert et Bleu, les couleurs primaires), aussi appelé RGB (Red, Green and Blue), est l'un de ses spectres colorimétriques, surtout utilisé pour l’affichage sur écran. Tous les designs que vous voyez sur votre ordinateur, votre tablette ou votre portable sont en profil de couleurs RVB et reprend la logique de synthèse additive des lumières, où on ajoute une couleur à une autre pour former une troisième teinte. Le principal problème est qu’il existe souvent un décalage entre ce que vous voyez à l’écran et la réalité.

Le CMJN (pour Cyan, Magenta, Jaune et Noir) est l’espace colorimétrique de l’imprimerie, reprenant les couleurs d'encres de base de celle-ci. Bien que le format soit plus lourd pour un affichage numérique, la couleur, elle, sera strictement identique entre votre écran et le projet imprimé. Cela est dû à la synthèse soustractive, l'absorption d'au moins trois colorants d'encre pour obtenir toutes les nuances d'une gamme de couleur. Aussi, il est indispensable que vos illustrations soient sur le spectre CMJN pour que toutes les couleurs que vous avez choisis soient imprimées correctement.

 

Un mauvais étalonnage de l’écran

Malgré le fait que votre image soit en CMJN, il y a encore une différence entre la couleur de votre illustration papier et numérique ? C’est certainement un problème d’étalonnage de votre écran. Bien que cette opération se fasse automatiquement sur les écrans les plus récent et haut de gamme, ce n’est pas une opération courante pour des moniteurs plus vieux ou simples. D’autant plus qu’il n’y a pas de méthode miracle ! La démarche est différente en fonction du fabricant ou du modèle et n’est pas universelle. La seule chose qui l’est est de descendre la luminosité de votre écran à 30%. Aussi, si vous travailler souvent sur des rapports ou autres documents de ce type, il est recommandé de refaire l’étalonnage tous les mois pour ne pas avoir de décalage entre vos images numériques et physiques.

 

Les problèmes de police

Vis-à-vis de votre police d’écriture, deux grands problèmes peuvent apparaitre lors de vos impressions : une taille trop petite et des caractères spéciaux qui peuvent être altérés.

 

Les polices de caractère trop petite engendrera un texte qui sera flou et/ou illisible. Il faut, dans ce cas, viser un minimum de 6 points de taille pour garder une clarté optimale. Attention cependant à la forme de votre police ! Si cette dernière est relativement fine, il faudra augmenter ce seuil minimum à 8 ou 9 points pour éviter que votre imprimante ne rende votre texte illisible.

 

Concernant la police spéciale, il est possible que vous soyez tenté d’utiliser une police personnalisée ou disponible sur internet. Assurez-vous de faire une exportation au format PDF, dans le cadre d'une impression numérique, pour éviter que votre police soit remplacée par une autre, automatique, par le périphérique de votre imprimeur. D’ailleurs, vous pouvez consulter notre autre article sur la modification des fichiers PDF pour en savoir plus sur le sujet. Autre solution, convertir votre police via Illustrator pour la transformer en calque avant votre export en maquette sur Indesign et, ainsi, la protéger d'une mauvaise interprétation d'un autre ordinateur.

 

Des interlignes disgracieux

Là encore, c’est un souci qu’on ne voit qu’une fois le travail achevé. En effet, les textes dynamiques, avec des incrustations çà et là, peuvent générer des interlignes superflues invisibles lors de la conception de votre document. Une seule solution : imprimer une ébauche de ce dernier pour s’assurer qu’aucun décalage perturbant pour l’œil ne soit là pour masquer la qualité de votre rapport.

 

Les fautes d’orthographe

Véritable cheval de bataille pour certains lecteurs, il serait dommage de laisser une mauvaise impression à cause d’une faute de grammaire malheureuse ou une coquille oubliée. Là encore, peu de solutions si ce n’est la relecture, encore et encore, par plusieurs personnes mais aussi en s’appuyant sur des logiciels comme le correcteur orthographique de Word ou un programme dédié comme Antidote.

 

Comme vous pouvez le voir, il y a de nombreux points qu’il faut surveiller de près pour ne pas gâcher votre impression. Ce sont souvent de petites erreurs facilement évitables aux solutions simples mais qui peuvent réellement changer la donne entre des documents imprimables de qualité et une impression bâclée. D’ailleurs, si vous avez besoin d’une impression et d’une reliure premium, n’hésitez pas à faire appel à nos services pour un print de qualité offset en numérique !

A lire également

Simple, rapide
et économique

Avec Imprime Facile, réalisez vos documents en quelques clics en bénéficiant d'une qualité d'impression et de reliure professionnelle. Et sélectionnez le mode d'expédition le plus adapté pour recevoir votre commande dans les meilleurs délais.

  • Canon
  • Xerox
  • Kodak
  • Colissimo
  • Chronopost
  • Traitement de tous les types de documents pdf

  • Impression numérique haute qualité environnementale

  • Finitions agrafes, spirale ou dos carré collé/piqué

  • Expédition en express ou mode économique

  • Paiement sécurisé par carte & suivi en ligne

Problème de décalage à l'impression
Conseil n°2
Conseil n°3
Conseil n°4

Études de cas

J'imprime 23 activités pour
mes petits groupes d'élèves.
Impression Expédition
4,56€Dos carré collé 6.52€Sans signature
5,16€Reliure spirale 7,39€Avec signature
J'imprime 18 planches de
cartes pour mes séances.
Impression Expédition
1,67€Feuilles 5,86€Sans signature
2,27€Dos carré collé 6,73€Avec signature

BLOG

Nous partageons sur ce blog des conseils pour la rédaction de vos mémoires / thèses / rapports, pour la mise en page et des bons plans.

Egalement, nous créons des templates graphiques que vous pouvez télécharger et modifier afin de vous faire gagner du temps et de vous donner de l'inspiration pour votre mise en pages.

Inscription à la newsletter

Inscrivez-vous à la newsletter pour recevoir une alerte à la sortie de chaque article et pour obtenir des codes promos exclusifs

Pour supprimer une page de votre PDF ou ajouter des pages blanches, utiliez cet outil que nous avons conçu pour modifier les pdf en ligne, rapidement et gratuitement